Guerre et paix

  • slide
  • slide
  • slide

"La tendance naturelle consiste à cultiver sa propre supériorité - ce qui aboutit d'ailleurs souvent à l'autre extrême : un sentiment d'infériorité."

Ayya Khema

Peut-être vous souvenez-vous de Don Quichotte qui se bat contre des moulins à vent. C'est ce que tout le monde fait, se battre contre des moulins à vent, des choses sans importance ou sans réalité. Peut-être ou peut-être pas.

Peut-être pouvez-vous être là, présent(e) à vous même, dans l'instant présent. Peut-être pas. Prenez simplement conscience de toutes les tensions présentes dans votre corps, de toutes les armes présentes en vous, prêtes à se battre, à résister contre l'ennemi, de tout ce qui refuse de lâcher-prise en vous. Ne faites rien, observez simplement ce qui est présent.

Peut-être pouvez-vous déposer une arme ou deux... Peut-être pas...

Laissez quelque chose que vous ignorer vous installer confortablement en présence de toutes vos tensions, de toutes vos armes, vos défenses intérieures. Laisser simplement faire par lui-même le matelas sur lequel vous êtes installé(e), le son des carillons. Peut-être ou peut-être pas...

Laissez quelque chose que vous ignorez vous installer confortablement dans le fait qu'il n'y a rien à vaincre, rien à combattre, rien à gagner. Laisser simplement le matelas vous installer confortablement, le son des carillons. Peut-être ou peut-être pas...

Observez simplement tout l'arsenal que vous déployez pour vous protéger, vous et les vôtres. Prenez conscience de l'arsenal présent en vous, de l'absence de paix intérieure. Ne faites rien, observez simplement ce qui est présent. Laissez quelque chose que vous ignorez vous désarmer et installer un espace de paix à l'intérieur de vous. Peut-être ou peut-être pas...

Comme il n'y a aucune ouverture qui vous permette de faire entrer la paix en vous, vous pouvez simplement commencer par l'intérieur et avancer vers l'extérieur. Trouvez simplement la paix et le bonheur en vous. Laissez votre cœur s'ouvrir de lui-même et laissez vos armes tomber par elles-mêmes. Peut-être ou peut-être pas...

Laissez quelque chose que vous ignorez renoncer à vos combats. Devenez simplement plus vide, jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un espace ouvert, empli de paix et de bonheur. Laissez quelque chose que vous ignorez vous libérer de vos envies et de vos désirs, ces moulins à vent qui encombrent votre cœur. Laissez simplement faire par lui-même le matelas sur lequel vous êtes installé(e), le son des carillons. Peut-être ou peut-être pas...

Laissez-vous installer confortablement dans les choses telles qu'elles sont, laissez le combat cesser de lui-même, le cœur heureux et paisible. Laissez simplement le matelas vous installer confortablement, le son des carillons. Peut-être ou peut-être pas...

Suivez simplement votre respiration. Ne faites rien, observez simplement ce qui est présent. Vous êtes comme une porte qui va et vient quand vous inspirez et quand vous expirez. Suivez simplement le mouvement de la porte en vous. Rien d'autre n'existe que le mouvement de la respiration, d'instant en instant, devenez une porte qui va et vient avec le souffle, peut-être ou peut-être pas...

©Delphine Gouteux

Librement inspiré de : Et s'il suffisait d'être présent... Les enseignements d'Ayya Khema - JEANNE SCHUT - Éditions Sully, 2015 - pp. 173-178



Pour écouter la version audio cliquez sur le bouton AUDIO