Observation de soi

  • slide
  • slide
  • slide

"L'une des idées les plus difficiles à comprendre dans le Travail est le fait que, dans notre état actuel, nous ne sommes pas des êtres intérieurement unifiés, faits d'un "je" unique et inchangé par les diverses situations, mais des êtres constitués intérieurement d'une multitude de "je", des êtres ayant un moi divisé, fragmenté en des dizaines voire des centaines de "je" grincheux, rivalisant entre eux et se faisant la guerre, chacun avec ses propres programmes, humeurs et croyances."

Red Hawk

Nous avons tous le désir de nous améliorer, de changer ce que nous observons en nous et que nous estimons mauvais ou insuffisant. Nous portons sans cesse un jugement sur nous-mêmes. Parfois même ce jugement s'impose à nous.

Prenez simplement conscience d'un jugement que vous portez sur vous-même. Par exemple je suis nul(le) dans tel ou tel domaine. Observez ce que vous ressentez lorsque vous exprimez cette opinion sur vous-même, les sensations physiques présentes lorsque cette pensée vous traverse. Peut-être modifie-t-elle votre respiration, votre tonus musculaire, crée-t-elle une sensation d'oppression ou peut-être pas. Observez simplement, sans modifier ce qui est observé. Ce que vous observez vous observez de vous-même. Laissez quelque chose que vous ignorez, le matelas sur lequel vous êtes allongé peut-être, vous installer confortablement dans je suis nul(le). Ne faites rien, laissez le matelas agir par lui-même.

A présent prenez de nouveau conscience de ce qui est présent en vous, observez-vous intérieurement, bon ou mauvais, sans porter de jugement sur ce qui est présent. Inutile de vous identifier à ce qui est présent; il ne s'agit que d'un élément isolé de vous, impossible de juger l'ensemble sur une aussi petite partie.

Observez également comment votre esprit s'empresse de classer ce que vous observez. Par comparaison, par opposition. Simplement, il fait son travail de cerveau. Mais dans ce cas précis, ce jugement vous empêche de rester concentrer sur votre sensation. Aussi remerciez gentiment votre cerveau d'être aussi performant et revenez à votre observation. Prêtez librement attention à ce que vous observez, sans laissez vos pensées vous distraire de ce que vous ressentez. Acceptez librement ce que vous voyez, laissez-le être à sa guise dans votre corps. Laissez les choses se produire telles qu'elles sont.

Lorsque le jugement est présent, s'impose. Ne faites rien. Laissez simplement le matelas vous installer confortablement dans ceci ou cela, les mots présents dans votre esprit. Lorsque vous vous libérez de votre esprit, ramenez votre attention au corps, à ce qui est présent au fond de vous et laissez également le matelas vous installer confortablement dans vos ressentis, sans rien modifier, sans rien rejeter de vos sensations physiques.

©Delphine Gouteux

Librement inspiré de : L'observation de soi - l'éveil de la conscience de RED HAWK - Éditions ALTESS, 2011 - pp.24-25

Pour écouter la version audio cliquez sur le bouton AUDIO